No11                    

25-juin-1998    

Editorial:

LE DEPART DU COMITE D'ENTREPRISE EUROPEEN COCA-COLA

 

Les 23 et 24 février 98 le Comité spécial de négociation européen se réunissait à Bruxelles. Ce Comité spécial de négociation était constitué des Directeurs de Ressources Humaines Coca-Cola Entreprises et des représentants syndicaux des salariés de Belgique, France, Grande Bretagne, Hollande et Luxembourg, faisant partie de tout pays européen dont la production et la commercialisation des produits Coca-Cola sont sous le contrôle de Coca-Cola Entreprises.

Le rôle du Comité spécial est de mettre en place le Comité d'entreprise européen et de définir ses compétences.

Nous pensons que l'accord qui a été conclu permettra au Comité d'entreprise européen de travailler dans un climat de partenariat social indispensable pour que des accords satisfaisants pour les deux parties, employeurs et employés, voient le jour.

La vigilance restera de rigueur, en particulier pour éviter ou retarder les éventuelles délocalisation ou les modifications des contrats de travail.

L'élargissement de la communauté européenne vers les pays de l'Est ne doit pas nous laisser indifférent car les conditions de travail et de rentabilité sont très tentantes pour les patrons d'entreprises de dimension communautaires. Et même si aujourd'hui les conditions ne sont pas requises pour envisager une libre circulation des biens et des gens intégrale, ne nous voilons pas la face et soyons très attentifs à tout prémice de modification de structure.

L'UITA (Union Internationale des Travailleurs de l'Alimentation) à laquelle adhère le syndicat FORCE OUVRIERE-FGTA, veille à ce que les droits des salariés soient respectés dans chaque pays concerné; mais un syndicat, quel qu'il soit, ne peut rien faire sans ses adhérents et sans la vigilance et les efforts de chacun d'entre nous.

S'isoler dans sa coquille pendant que les délégués "vont au charbon" pour l'intérêt collectif n'a jamais payé à long terme. La conscience de tous les salariés informés est indispensable pour réussir.

L'élargissement de notre champ de réflexion et d'action au niveau de l'Europe demande une mobilisation plus importante puisque le taux de syndicalisation en France est, de loin, le plus faible des pays concernés par l'accord.

Face à des revendications d'entreprises Coca-Cola fortement ou faiblement syndiqués, la tentation peut être grande pour l'employeur de regarder d'abord celles qui pèsent. Il nous appartient de relever le défi de la syndicalisation des salariés en France à l'intérieur de Coca-Cola Entreprises.

Georges CHAPUS, Délégué syndical central


Nos engagements:

UNE VIE DE TRAVAIL SYNDICAL AU SERVICE DES SALARIES

 

Le 31 mai 1998, le secrétaire Fédéral Gérard FLEURY ayant décidé de faire valoir ses droits à la retraite, a quitté son travail à la FGTA-FO, qui regroupe tous les syndicats du secteur de l'alimentation et de l'agriculture.

Quand quelqu'un a consacré sa vie quotidienne à la défense des salariés, on a une première impression de regret de ne plus l'avoir à ses côtés.

Si l'on pense au long chemin parcouru ensemble, on doit convenir qu'il a bien mérité le repos de sa retraite. La force d'un syndicat, ce n'est pas seulement celle des structures d'entreprise, c'est aussi celle de spécialistes détachés qui travaillent à 100% au service de ceux qui travaillent. Nous lui devons particulièrement:

·         La mise en place du syndicat FORCE OUVRIERE auprès de la SPBG-SRBG. FORCE OUVRIERE a permis par son sérieux dans les accords négociés au sein de la SPBG-SRBG, puis plus récemment de Coca-Cola Beverages et de Coca-Cola Entreprise, de montrer toute l'importance de la syndicalisation pour étendre les droits des salariés.

·         L'élaboration et la signature de la Convention Collective des Bières, Eaux minérales et Boissons rafraîchissantes sans alcool. Cette convention est jeune, puisqu'elle fête ses 10 ans et elle introduit de nombreuses améliorations pour les salariés par rapport au Code du Travail pour tout leur quotidien, et on peut parfois penser faussement que c'est la loi alors que c'est "conventionnel" et donc négocié.

·         Le suivi des diverses Commissions s'y rattachant. Exemple: Commission nationale de l'emploi.

·         La sensibilisation des salariés de Coca-Cola Production de Dunkerque et la mise en place du premier syndicat naissant dans cette unité de production.

·         L'aide et le soutien pour la mise en place du Comité de pilotage européen Coca-Cola.

·         La participation à l'élaboration de l'accord visant à mettre en place un Comité européen Coca-Cola Entreprises

Chaque fois qu'un problème de dimension nationale apparaissait dans notre entreprise, son soutien a été constant. Ce travail a créé une amitié et ne plus compter sur un ami quand on a des difficultés n'est pas agréable. Le travail syndical doit pourtant se poursuivre car rien n'est jamais acquis ou figé au niveau salarial.

Bienvenu à Roland DELRIEU qui lui succède au sein de la Fédération pour notre branche d'activité des Boissons Rafraîchissantes Sans Alcool. Il sait à présent ce que nous attendons de lui pour mériter nos regrets lorsque lui aussi, il partira en retraite.

Dépôt CCE: 25-juin-1998 

Tag(s) : #Négociation, #CCE, #CCP

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :