Publié par André

quelles.pngNo6       

3-novembre-1997   

Editorial:

A PROPOS D'UN NOUVEL ACCORD 

 

Le 20 octobre 1997, COCA-COLA Entreprise et les syndicats représentatifs ont signé un accord sur les préretraites progressives.

Conformément aux circulaires CDE no 93-12 du 26 mars 93 et CDE no 94-36 du 12 août 94, cet accord d'entreprise, améliore la Convention signée par l'entreprise avec l'Etat, en offrant aux salariés de l'entreprise de 55 ans au moins et 65 ans au plus, la possibilité de travailler à mi-temps selon des modalités plus favorables qu'un mi-temps classique et en permettant pour deux mi-temps volontaires une embauche compensatrice d'un salarié CDI en plus. Les salariés âgés de plus de 60 ans et ayant tous les trimestres leur permettant d'accéder à une retraite à temps plein ne sont pas concernés par cet accord.

L'organisation syndicale FORCE OUVRIERE considère qu'offrir aux salariés qui, individuellement et à leur initiative le souhaitent, la possibilité de travailler à 50% du temps antérieur de travail, en conservant un niveau de salaire oscillant entre 84 et 95% du net (calculé hors primes variables) selon le niveau de rémunération antérieur, plus certains avantages sociaux non négligeables, fait un bon accord.

Pour information, il faut rappeler que FORCE OUVRIERE demande depuis près de 3 ans que cet accord voit le jour. Notre syndicat a persévéré dans cette revendication légitime malgré la minimisation préalable que pouvait en faire certains syndicats qui, après signature, pourraient presque laisser croire, aujourd'hui, qu'ils en ont été de fervents supporters.

FORCE OUVRIERE s'honore aussi, ce qui n'est pas le cas de tous, de ne signer que des accords qu'il a négocié en introduisant des droits et des contreparties pour les salariés. Notre syndicat n'a pas eu de peine à oser présenter des aménagements par rapport au texte initial présenté, car depuis 3 ans nos demandes étaient prêtes et nous avons écouté tout salarié pouvant être concerné et qui nous faisait part de ses préoccupations légitimes.

FORCE OUVRIERE a toujours essayé d'anticiper sur les situations plutôt que d'attendre que d'autres lui dictent sa conduite et de proposer des solutions plutôt que de se plaindre des difficultés quand le mal est fait.

En osant nous soutenir après avoir jugé sur pièce, vous saurez que vos revendications seront portées par le courant d'idées du syndicat FORCE OUVRIERE-FGTA.

Georges CHAPUS, Délégué syndical central

Dépôt CCE: 3-novembre-1997  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article