Publié par BURCU

Les affiliées de l’UITA représentant les travailleurs-euses de Coca-Cola de 26 pays, de 30 syndicats et de 7 régions de l’UITA ont participé à la 11e réunion de l’Alliance mondiale des travailleurs-euses de Coca-Cola, tenue par visioconférence le 12 novembre 2021.

 

Le Secrétariat de l’UITA a présenté des informations actualisées aux délégué-e-s sur l’état actuel de la relation avec TCCC et sur les discussions en cours avec le nouveau responsable mondial des droits humains chez TCCC, Paul Lalli. L’Alliance a fait part de son soutien aux mesures que pourrait prendre le Secrétariat pour établir des conditions favorables à une reprise du dialogue entre l’UITA et TCCC. La relation entre les parties avait été suspendue par l’UITA en octobre 2019 parce qu’après de nombreuses années de résultats positifs, elle n'avait produit aucun résultat concret depuis près de trois ans. La prochaine étape sera une téléconférence des responsables élus internationaux et régionaux de l’UITA à la mi-décembre pour déterminer si les pourparlers pouvaient reprendre début 2022.

 

Lors d’une discussion plénière, les affiliées ont rendu compte de l’impact du COVID-19 sur les activités de Coca-Cola, sur les emplois et sur les conditions de travail et d’emploi dans leurs pays respectifs. La discussion a également porté sur les mesures qu’aurait pu prendre l’entreprise concernant les restructurations et suppressions d’emplois, l’augmentation du recours aux travailleurs-euses précaires et de l’automatisation/numérisation, et des changement concernant l'utilisation des emballages plastiques.

 

Les membres de l’Alliance ont ensuite discuté de la manière dont il serait possible de se préparer collectivement et réagir aux décisions de l’entreprise qui affectent l'emploi et les conditions de travail et comment renforcer le soutien aux syndicats confrontés à des attaques contre les droits ou qui se battent en défense des emplois.

 

Le Secrétariat de l’UITA continue de soutenir les affiliées dans leurs efforts de syndicalisation et pour résoudre les problèmes que rencontrent les travailleurs-euses du système Coca-Cola. Une réunion des travailleurs-euses de Coca-Cola d'Ukraine et de Géorgie s'est tenue à Kiev du 15 au 17 octobre 2021. Les représentant-e-s syndicaux-ales ont discuté des succès et des problèmes, des défis et des opportunités de solidarité. Le Secrétariat a soutenu les actions du syndicat des travailleurs-euses de Coca-Cola d’Ukraine pour lutter contre la pratique de vidéosurveillance mise en place par Coca-Cola Hellenic et d'autres violations de la législation du travail en Ukraine. À la suite de ces actions, les caméras de surveillance ont été retirées du vestiaire des hommes et l'entreprise a cessé d’obliger les travailleurs-euses à effectuer des tâches non prévues dans le contrat de travail.

 

Le 13 août 2021, après presque 3 ans d'examen, le Point de contact national (PCN) irlandais a finalement publié son évaluation initiale concernant la plainte déposée par l'UITA affirmant que Coca-Cola avait nié aux membres de SIPTU l’exercice de leurs droits de négociation collective. Le PCN irlandais a proposé une médiation axée sur les droits de négociation collective. Vous pouvez consulter l'évaluation initiale (en anglais) en cliquant sur le lien ici

 

Les affiliées de l’UITA représentant les travailleurs-euses de Coca-Cola Europacific Partners (CCEP) continuent de soutenir la lutte des syndicats indépendants et démocratiques pour le respect des droits fondamentaux dans les activités des embouteilleurs de Coca-Cola en Indonésie. L’UITA demande que CCEP réintègre quatre dirigeants syndicaux qui ont été licenciés et que CCEP reconnaisse le droit de ces syndicats indépendants à mener de véritables négociations collectives.

 

La direction de Coca-Cola aux Philippines refuse d’accéder à la demande d’une augmentation équitable des salaires présentée par le syndicat, alors même que les membres ont continué à travailler sans discontinuer pendant la pandémie en tant que travailleurs-euses essentiel-le-s, malgré les risques. La Federation of Coca-Cola Unions (FCCU)/SENTRO a organisé des actions de protestation de grande ampleur et se prépare à lancer un mouvement de grève. Elle demande à Coca-Cola de reconnaître leur contribution en tant que travailleurs-euses essentiel-le-s en entamant des négociations salariales de bonne foi qui débouchent sur des augmentations de salaire équitables. Pour attirer l’attention sur leurs actions de protestation, les travailleurs-euses de Coca-Cola portent des masques sur lesquels est inscrit : « Hey Coke are we essential or not? » (« Hé, Coke, sommes-nous essentiels ou pas ? »).
Dans le cadre de la campagne demandant la réintégration des dirigeants syndicaux injustement licenciés par Coca-Cola Philippines, les membres du syndicat ont payé pour un message affiché sur un panneau publicitaire le long de l’autoroute North Luzon, qui va de Manille à Pampanga, disant : « Save Coke Workers! CCBPI, REINSTATE Fred Marañon, Jhun Tulabut and Dan Pineda NOW! ». (Sauvez les travailleurs-euses de Coca-Cola ! Réintégrer Fred Marañon, Jhun Tulabut et Dan Pineda maintenant !). Lire ici pour plus d’informations.


Le 24 juillet 2021, les affiliées de l'UITA représentant les travailleurs-euses de Coca-Cola en Afrique francophone ont organisé une réunion virtuelle. Des délégué-e-s du Bénin, du Sénégal, du Togo et de la Tunisie ont participé à la réunion et discuté de la situation liée à la pandémie du COVID-19. Les échanges ont montré qu'après la première vague de la pandémie qui, comme partout, a créé des difficultés majeures, la situation dans la plupart des pays était presque revenue à la normale. Les travailleurs-euses de Coca-Cola qui étaient au chômage technique ou partiel dans ces quatre pays ont repris le travail. Aucun licenciement, ni réduction de salaire n'ont été constatés. Des conventions collectives ont été signées dans deux pays, le Togo et le Bénin. Le respect des mesures sanitaires est maintenu dans la plupart des entreprises. Les affiliées présentes chez Coca-Cola travaillent à la mise en place d'une politique de vaccination des salarié-e-s, en mettant l'accent sur la sensibilisation de celles et ceux qui sont réticent-e-s à la vaccination.

 

Le 21 août 2021, la Fédération des travailleurs-euses des boissons, de l’industrie et branches connexes (FENTRABIA) du Pérou, qui représente les employé-e-s de Coca-Cola, a demandé à s’affilier à l’UITA.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article