Publié par Cyril

Invité de France info, Yves Veyrier revient sur la mise en œuvre du passe sanitaire et ses conséquences pour les salariés et leurs droits.

Vous étiez contre l’idée de ce nouveau motif de licenciement, mais désormais ce n’est pas plus sécurisant ?

Yves Veyrier : « Non ça n’est pas une solution qui est satisfaisante du point de vue des salariés. L’aspect positif c’est le signal qui est donné avec l’annulation de ce nouveau motif de licenciement qui doit être compris comme le fait que la menace de sanction n’est pas la solution sur cette question de vaccination ou de pass sanitaire. Maintenant, nous sommes dans une situation bancale, ce que vient d’expliquer Sarah Lemoine est juste, cela risque de mettre tout autant en situation compliquée les salariés dans la situation où ils se refuseraient à se faire vacciner. »

Ce que nous disait Sarah, c’est que si la situation s’éternise cela veut dire : aucun revenu jusqu’à démission et donc pas d’indemnités ?

YV : « L’idée, nous l’avons compris, c’est d’inciter au maximum les salariés à se faire vacciner le plus rapidement possible. Encore une fois, la vaccination, le vaccin aujourd’hui est homologué et c’est incontestablement, après le masque, le gel, les moyens de protection, les parois de plexiglas pour les caissières… le moyen de se protéger soi-même et de protéger les uns et les autres. On avait demandé qu’on prévoie des créneaux pour permettre aux salariés au contact du public de se faire vacciner le plus largement possible pour se protéger. Il faut effectivement aller dans ce sens mais je ne pense pas que la sanction ou la menace de sanction soit la bonne solution. Cela risque de tendre les choses y compris en termes de relation au travail. »

Cela fait des mois qu’on entend des autorités sanitaires dire qu’il faut se faire vacciner, comment est-ce qu’on réussit davantage à convaincre sans passer par la sanction ?

YV : « Il fallait parler de nécessité plutôt que d’obligation avec sanction, dire clairement que c’est du point de vue scientifique, du point de vue des nécessités de santé publique, qu’il était nécessaire de faire en sorte que soient vaccinés les salariés au contact de publics vulnérables dans le système de santé par exemple ou dans le cadre des évènements rassemblant du public. Mettre l’accent sur cette nécessité et informer, expliquer et rassurer ! L’important est de rassurer les gens. Les éléments de souplesse doivent permettre justement de réduire le nombre de personnes qui restent interrogatives et, ce faisant, de trouver plus facilement des solutions alternatives. »

Il y a une prise en compte par les parlementaires des délais nécessaires pour obtenir ce pass vaccinal puisqu’on sait maintenant que pour les soignants, d’ici le 15 septembre il faudra avoir fait la première injection, pas besoin de schéma vaccinal complet, on pourra continuer avec des tests PCR en attendant d’avoir les deux injections. C’est une bonne chose, il y avait peut-être un peu de précipitation dans l’application de ces nouvelles mesures ?

YV : « Cela va dans le sens, effectivement, de la nécessité de se donner le temps de rassurer les uns et les autres, ceux qui s’interrogent. Il faut avoir en tête que les personnels soignants on leur a refusé, dans un premier temps, la suspension du jour de carence, que la reconnaissance en maladie professionnelle en cas de contraction du covid n’est pas pleine et entière aujourd’hui. Il faut se souvenir qu’on leur a demandé d’aller travailler bien que positifs tant qu’ils étaient asymptomatiques. Il faut se souvenir que beaucoup d’entre eux ont dû se fabriquer des blouses avec des sacs poubelles… Bref, tout un environnement qui fait qu’il y a des interrogations. Il faut rassurer au sens où les vaccins sont sûrs, ils sont le moyen aujourd’hui de se protéger, de protéger les autres. Maintenant il faut se donner le temps justement. La situation d’un établissement à l’autre n’est pas la même : on voit bien que là où on se donne les moyens d’informer, expliquer, rassurer, on obtient le résultat escompté parce que tout le monde est attaché à protéger sa santé et celle des autres. »

Alors il y a probablement des indécis, mais tous les gens qui manifestent leur sentiment d’être contre la vaccination, vous avez l’impression qu’ils demandent davantage d’information aujourd’hui ?

YV : « Vous avez toujours eu des anti-vax ou des contestataires de la science, malheureusement, ça existe et ça existera toujours. Ensuite, il y a aussi une agrégation de mécontentements. Il n’était pas bienvenu, FO l’a contesté, nous avons protesté contre le fait qu’on nous annonce à la fois cet enjeu sur le plan de la vaccination et que le Président de la République y joigne l’objectif de maintenir la réforme de l’assurance chômage, qui va pénaliser les demandeurs d’emplois les plus précaires, et la réforme des retraites. »

Est-ce qu’il ne valait pas mieux maintenir ce motif de licenciement supplémentaire pour permettre aux salariés qui souhaiteraient ne pas se faire vacciner, ne pas se faire tester, des indemnités de départ ?

YV : « Il faut prioritairement et premièrement faire en sorte que le plus largement possible les uns et les autres, les salariés en particulier pour se protéger eux-mêmes se fassent vacciner. Pour cela, il faut rassurer. Ça n’est pas par la sanction ou l’indemnisation qu’on résout un problème de santé publique. »

YVES VEYRIERSecrétaire général de Force Ouvrière

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article