Publié par ENRICO

Le groupe de coordination Coca-Cola de l'EFFAT composé de dirigeants syndicaux nationaux, de délégués syndicaux et de membres des comités d'entreprise nationaux et européens représentant les

employés de Coca-Cola employés chez Coca-Cola European Partners, Coca-Cola Company et Coca-Cola Hellenic Bottling Company, s'est réunie à Madrid les 19 et 20 octobre.

Le premier jour, les participants ont partagé des informations importantes sur les plans de restructuration annoncés par CCEP en Europe. En France et en Belgique, la réorganisation consiste à standardiser la gestion du travail pour augmenter la productivité du travail sur les sites de production. Mais les initiatives de rationalisation toucheront également l'Allemagne, la Grande-Bretagne, le Luxembourg, la Suède et les Pays-Bas, où les fonctions de centralisation et de normalisation dans la chaîne d'approvisionnement administrative entraîneront de nombreux licenciements. En Allemagne, la fermeture de l'usine de production de Weimar a également été annoncée.

Toutes ces initiatives de restructuration entraîneront environ 550 pertes d'emplois.

Le groupe de coordination Coca-Cola de l'EFFAT a encore critiqué la CCEP pour sa stratégie industrielle axée sur le démantèlement de son capital humain inestimable par une nouvelle attaque contre l'emploi.

Le deuxième jour, le Groupe a visité l'usine fantôme de Fuenlabrada où les travailleurs luttent depuis quatre ans pour sauver leur emploi. La réalité de l'usine a été un choc pour l'ensemble du groupe.

Ce qui se passe à Fuenlabrada est un manque de respect inacceptable envers la dignité humaine. C'est une ruse cosmétique qui met en danger la santé physique et mentale des travailleurs. Une partie du site est complètement fermée, tandis que dans l'autre partie il n'y a pas de vrai travail et les employés déplacent des caisses de bouteilles vides à la main.

L'EFFAT et son groupe de coordination Coca-Cola:

  • exhorte le Management Coca-Cola à donner aux employés de Coca-Cola un travail réel et une solution à long terme pour eux et leurs familles;
  • exhorte Coca-Cola à entamer un dialogue constructif avec les syndicats nationaux en Espagne.      
  • exprimer sa solidarité et son soutien aux collègues de Fuenlabrada ainsi qu'à tous les employés des autres régions d'Europe qui ont perdu leur emploi en raison de mesures de productivité accrues;    
  • exige que Coca-Cola cesse de détruire des emplois et mette fin à la demande de flexibilité du travail;    
  • exige que Coca-Cola respecte pleinement les droits des syndicats et des travailleurs et mette fin à toutes les formes de discrimination personnelle à l'encontre des représentants des travailleurs élus;    
  •  exige que Coca-Cola entame un dialogue permanent et constructif au niveau européen avec l'EFFAT et ses filiales nationales.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article