Publié par Cyril

PROJET DE REORGANISATION FO NE RESTE PAS SANS VOIX

Voici l'intervention faite par votre représentant Force Ouvrière lors de la réunion de rendu d'avis :

"Le Comité Central d’Entreprise a été réuni ce 22 et 23 avril 2013 pour rendre son avis sur le projet de réorganisation de la Direction Nationale des Ventes, de la Direction Commerciale et Marketing et de fonctionnalisation européenne des activités techniques et aussi sur le Plan de Sauvegarde de l’Emploi qui y est adossé, en y intégrant le projet de réorganisation des activités transactionnelles de la fonction finance.

Nous remercions ici l’ensemble des membres élus du Comité Central qui ont reconnu en intégrant le rapport d’expertise de notre avocat Maître RIERA dans leur avis défavorable rendu, l’intérêt de notre action ciblé mené avec le Comité d’Etablissement Rhône Alpes Auvergne.

Ainsi l’un de nos objectifs a été atteint à savoir pour les salariés qui seront éventuellement licencier économique, les doter d’un rapport précis et circonstancier leur donnant des pistes à l’action pour d’éventuel recours.

Aujourd’hui grâce entre autre à la discussion dans cette instance et à la négociation avec les Délégués Syndicaux Centraux, nous avons pu améliorer les modalités du PSE sur la phase de départ volontaire en rendant celle-ci plus incitative (incitation au reclassement externe rapide, pré retraite…). Espérant que cette phase clairement identifié sera propice à réellement limiter l’impact sur l’emploi comme le préconisait aussi le rapport de l’expert du CCE et l’étude RAA.

Concernant la population des assistantes administrative commerciale, elle a été aussi reconnu comme particulièrement sensible et des aménagements spécifiques ont été mis en place (Allongement congés de reclassement) et des modifications ont été apporté en maintenant et créant des emplois au niveau des territoires par rapport au projet présenté en novembre 2012.

Nous avons voulu reconnaitre et figer un certain nombre d’avancées en paraphant le protocole d’engagement réciproque des délégués syndicaux centraux le 12 avril dernier et en y faisant notamment stipuler par rapport au texte initial que les droits individuels des salariés étaient préservés et que les syndicats y avaient toutes leur légitimité. Devant l’arrivée d’une prochaine loi matérialisant l’Accord National Interprofessionnelle de janvier 2013 modifiant profondément les procédures concernant le licenciement économique, nous ne voulions pas faire tous capoter. Toutefois avec cet accord de PSE limité au présent Plan nous sommes restés et resterons mobilisé sur le déploiement de votre projet

Aujourd’hui donc, nous voilà rendu à la fin de cette consultation qui appelle pour Force Ouvrière plusieurs réflexions :

  • Sur les raisons de ces plans, nous rappelons que sur celui concernant la finance, nous nous opposons fermement à cette logique destructrice d’emploi sur l’autel du dumping social.
  • Nous espérons que les plans sur la DNV, commercial, marketing et de fonctionnalisation ne soient pas les arbres qui cachent la forêt de futurs plans fossoyeurs d’emploi chez Coca-Cola Entreprise.
  • Nous n’avons aucune garantie que les choix stratégiques prient aujourd’hui par nos dirigeants, conduisent l’entreprise et ses salariés vers des lendemains « plus heureux » et garantisses l’emploi.
  • Nous sommes inquiets des impacts sur ceux qui restent, ceux qui sont obligés de rester, ceux qui partent et ceux qui nous rejoignent.
    • Ceux qui restent, seront obligés de s’adapter au changement incessant avec tous les risques psychosociaux qui sont introduit par toutes ces réorganisations trop rapides (identifier par les rapports des CHSCT), à la charge de travail ainsi qu’à la pression grandissante dans un contexte de crise de la consommation amorcée.
    • Ceux qui sont obligés de rester souhaitant partir mais qui sont pour le moment retenue. Gageons que l’entreprise trouve des leviers rapidement pour garder ces salariés « talentueux » qui pourraient trouver « l’herbe plus verte chez les concurrents » et se désengager de leur mission. Ou pour d’autre leur permettre d’arriver sereinement vers la fin de leur carrière.
    • Ceux qui partent,
      • Par choix dans le cadre du Plan de Départ Volontaire, bon courage dans leur nouvelle vie à condition que ce ne soit pas des départs contraints.
      • De manières subites, que l’entreprise tienne ses engagements au-delà de ce qui est inscrit dans le PSE.
    • Ceux qui nous rejoignent, notamment les nouveaux techniciens qui doivent assurer demain le résultat financier de Cooler Service.

Force Ouvrière met en garde la direction contre les transformations et la rationalisation de l’entreprise qui externalise en supprimant des emplois au nom d’une folle course à la rentabilité immédiate que les salariés risquent de payer très chèrement à terme.

Dès à présent, Force Ouvrière continue, et plus que jamais, à défendre les salariés, tous les salariés, cadres et non cadres, permanents et intérimaires, contre les excès de la logique économique.

En conclusion, Bien sûr, des avancées ont eu lieu au cours des négociations et des discussions, même si celles-ci se faisaient à partir d’une base médiocre. Mais le résultat final est de toute façon insuffisant à la lecture des engagements qui sont pris dernièrement vis-à-vis des actionnaires. Coca Cola : «peut mieux faire».

Rappelons à Mr BROCK que les salariés de Coca-Cola Ent n’ont pas de « golden parachutes». De plus le système de pré retraite ne permet pas la prise en compte d’usure de certain métier (technique terrain) pour lesquels l’entreprise attend un engagement fort.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article