Publié par André

quelles.pngNo5       

25-septembre-1997    


 
Editorial:

POUR L'AVENIR PROFESSIONNEL DES SALARIES DE COCA-COLA ENTREPRISE

 

La grille de classification que notre syndicat a négociée et signée en 1993 introduit chez Coca-Cola deux droits nouveaux pour les salariés: un droit d'accompagnement pour chaque salarié de la part de son supérieur hiérarchique et aussi un droit d'évolution pour chaque salarié à l'initiative de son supérieur hiérarchique.

  • Le premier droit, l'accompagnement pratique et concret, se met en place trop lentement.

Dans l'industriel, des formations ont été prévues pour chaque poste et d'autres apprentissages peuvent se faire pour des remplacements temporaires récompensés. Par contre, dans certaines usines, on s'obstine encore à mépriser les contrats de travail des salariés en les mettant au piquet sur d'autres postes non sollicités.

Dans le commercial, les formations qui peuvent exister ne sont pas intégrées à la validation des postes et au bout de deux ans, certains salariés se demandent encore s'ils travaillent bien chez Coca-Cola puisqu'on ne leur offre qu'un "strapontin".

  • Le deuxième droit, l'évolution, devait se faire à travers le suivi de la performance individuelle, le mérite et les formations améliorantes.

Les critères ont bien été écrits et ont été bien écrits, mais l'application ne correspond ni à l'accord, ni à l'attente des salariés. Ces derniers ont l'impression d'être dans un système de "permis à points" où on met en doute leurs efforts, quand on ne leur donne pas des objectifs irréalistes ou qu'on ne leur tend pas des pièges. Le devoir d'un supérieur hiérarchique est d'aider ses collaborateurs au quotidien, il n'est pas de leur montrer une "photo flash" au bout de plusieurs mois; il est de donner des formations appropriées en fonction des points faibles détectés, il n'est pas de faire un "constat amiable" d'incident montrant qu'il est toujours dans le "malus".

La bourse de l'emploi, qui pourrait être une "aventure extraordinaire", est, dès lors que le poste n'est pas "de base", trop souvent "réservée". Les salariés ont tellement l'impression d'être dans des "courses de chevaux", et même avec certains qui connaissent d'avance les "chevaux" qui vont gagner, que beaucoup se découragent d'avance, perdent espoir en Coca-Cola et cultivent la rancoeur ou sont prêts pour la prochaine grève.

Développer les productions, les services et les ventes afin de créer des dividendes, c'est un point de vue, les développer pour créer un réel horizon professionnel pour les salariés est un autre point de vue et l'un ne pourra pas se faire sans l'autre.

Coca-Cola Entreprise doit dynamiser le travail par l'évaluation de la performance, l'évolution au mérite et la formation qualifiante et non dynamiter le dialogue entre les salariés et leurs chefs. Coca-Cola doit garder les éléments qu'il a formés dès lors qu'ils manifestent un attachement à l'entreprise et non se contenter de compter les démissions en se félicitant d'en avoir moins que chez les concurrents.

FORCE OUVRIERE aidera tous les salariés à faire respecter leurs droits à l'accompagnement et à l'évolution.

Georges CHAPUS, Délégué syndical central


Nos engagements:

SUR L'EVOLUTION NOUVELLE DES AGENTS D'EXPLOITATION FROID

 

De nouveaux distributeurs de boîtes et de PET 50cl ont commencé à être mis en place dans le Vending depuis quelques mois, compliquant la tache déjà rude des Agents d'Exploitation Froid.

·         Ces distributeurs ont une capacité de plus du double des Dixie-Narco. Même si cette capacité accrue abrège les transports en réduisant les ruptures, le chargement est doublé de toute façon.

·         Toute la diversité des produits de Coca-Cola Entreprise peut être mise en choix, y compris pour le PET 50cl. Même si ces appareils diminuent la fréquence de visite, ils ne diminuent pas la charge de travail des Agents d'Exploitation Froid puisque l'objectif demandé de 21 clients (en région parisienne) est inchangé. En effet, si la diversité de la gamme PET 50cl s'ajoute à celle des boîtes, le gain de capacité est annulé. Tout se passera comme si la charge de travail par Agent d'Exploitation était doublée.Qu'en sera-t-il pour les salariés lorsque ces nouveaux appareils (actuellement 2%) seront majoritaires?

·         Si les colonnes des anciens distributeurs se vidaient simultanément, il est apparu que sur les nouveaux les colonnes du fond se vident avant celles de l'avant, ce qui oblige à une double manipulation: enlèvement des anciennes boites de l'avant pour les ranger à l'arrière, mise en place de nouvelles boîtes à l'avant. Merci pour le progrès.

·         Les nouveaux appareils permettent une gestion plus détaillée en termes de chiffre d'affaire et de stock. D'où la nécessité pour les opérateurs de "manipuler" un programme pour chercher des informations. Ils vont devoir aussi changer les prix de vente dans un menu informatisé, alors que précédemment les prix étaient réglés au départ de la machine.

·         Pour la formation sur ces nouveaux appareils, Coca-Cola Entreprise n'a pas prévu d'apprentissage et heureusement que, sur la région parisienne, on a pu s'appuyer sur l'expérience du Vending Chaud qui est habitué aux machines informatisées. Une formalisation des formations ne serait pas de trop.

·         Dans la région parisienne, on a introduit des salariés à temps partiel pour recharger les nouveaux camions de capacité accrue. Le temps ainsi gagné par les Agents d'Exploitation leur permet de s'installer, pour ceux qui le souhaitent, sur l'ordinateur et d'optimiser le circuit des visites de sites en fonction de l'expérience de leur tournée. Cette nouvelle responsabilité améliore l'efficacité du Vending Froid: les clients plus rentables sont ainsi privilégiés en augmentant les ratios. Cet été, des records ont même été battus à plusieurs reprises (+ de 200 fardeaux/jour et 23 clients). Aujourd'hui, la zone est à plus de 7000 fardeaux d'avance, soit une semaine de fin de saison d'avance.

·         En prenant eux-mêmes les rendez-vous d'entretien de leur camionnette, ils allègent aussi la charge de travail de leurs REV (Responsables d'Exploitation Vending).

·         Par contre la grille de classification n'a pas bénéficié d'une amélioration des coefficients. Alors que dans l'industriel, les Directeurs d'usine créent de nouveaux postes avec des fonctions nouvelles et de nouveaux échelons avec la complexité des machines, les Directeurs de zones commerciales n'ont pas encore eu l'idée de créer un niveau 2 pour les Agents d'Exploitation Froid. Il est temps que Coca-Cola Entreprise modernise aussi la grille pour les commerciaux. Les perspectives d'évolution horizontales sont limitées; il ne reste qu'une évolution verticale: encore faut-il oser la créer.

Dépôt CCE: 25-septembre-1997

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article