Publié par Carlos

grigny.png

N°71    

A qui profitent les records ?


Le travail des salariés de Grigny a permis de dépasser le cap des 800 000 caisses physiques. Cet évènement a été particulièrement commenté par notre direction. Certes, les compliments et la petite gratification sont toujours agréables mais cela n’améliore pas le quotidien sur le long terme. Sans doute que la satisfaction est très grande pour l’équipe dirigeante qui a déjà garanti ses primes de fin d’année. Mais quelle sera la véritable récompense pour les salariés, c’est ça qui nous importe.

 

Nous attendons bien plus qu’une belle photo souvenir, un lien sur l'intranet et 12 bouteilles supplémentaires. 

 

Tous ensemble ! Tous ensemble ! Tous !


Coca-cola martèle sans cesse la notion d’équipe car c’est certain que les résultats ne seraient pas au rendez-vous sans des efforts collectifs et ainsi atteindre l'excellence. C’est bien de vouloir rapprocher les salariés mais quelle est la réalité ?

Lors de la création de la plate forme logistique, le siège a choisi la rupture en instituant deux Boosters sur un même site. L’ensemble des élus du site ont manifesté longtemps leur désaccord. Après la fermeture des sites de Combs-la-ville et de Salons de Provence, Grigny conservera-t-il toujours ce particularisme ?

Au niveau national, les incentives des commerciaux et les boosters industriels (usines, Centre Technique National, Centre de Reconditionnement de Dunkerque) sont bien différents. Viendra-t-il le jour où nous aurons aussi droit à notre voyage paradisiaque et pas uniquement une ICONification des très bons collaborateurs ?

Tous ensemble certes, mais avec la dématérialisation du service Rh et la naissance de HeRe, nous ne sommes que des EXXXXX face à un interlocuteur inconnu qui n'apportera pas le lien physique rapprochant salariés et direction !

Rappelons enfin l’action en justice du syndicat Force Ouvrière Marseille qui a assigné l'employeur devant les tribunaux afin que TOUS les salariés de la zone SUD obtiennent la prime TGV (80€ mensuelle). La justice tranchera.

 

Pour Force Ouvrière, une véritable équipe est celle qui a les mêmes droits et qui travaille pour l'atteinte des mêmes objectifs.

Qu’attendent les salariés pour cette fin d’année


Quelle que soit la situation du marché, crise économique ou pas, l’employeur réalise ses plans de croissance et engrange les millions. Cette année confirme les précédentes avec des indicateurs positifs et l'atteinte certaine de son objectif sur Operating Income à la fin de l'année. Nous ne pouvons qu’être satisfaits pour tous les salariés qui ont échappé aux différentes charrettes, mais nous travaillons tous dans une entreprise en réorganisation continue avec l'incertitude constante du lendemain.

La bonne année que nous réalisons, ouvre donc l’espoir d’une prime de participation et aussi d'un intéressement grâce à notre accord signé en 2008, mais pas simplement.

Aujourd'hui, nous attendons d’une entreprise qui pratique une politique sociétale, qu'elle commence d’abord par améliorer significativement le quotidien de ses salariés et offre des perspectives. Elle sait si bien le faire avec ses anciens hauts dirigeants qui deviennent des consultants payés à prix d’or. Mais c’est vrai que chez Coca-Cola, les parachutes dorés ça n’existe pas.

 

La Négociation Annuelle Obligatoire qui s'engage, sera peut-être l’occasion de récompenser substantiellement et collectivement l’excellent travail fourni, en augmentant les salaires, en supprimant le jour de carence, en augmentant tous les éléments variables, en permettant le cumul des journées enfant malade pour les hommes et les femmes, etc.

Force Ouvrière revendique et défend vos intérêts lors de toute négociation.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article