Publié par Cyril

Une Avancée

La direction de Coca-cola Ent. a revu sa proposition initiale concernant l’Augmentation Générale (AG)

Elle propose pour le moment : 0,7 % pour l’AG

 

Ce qui nous donnerait (Ouvriers Employés et Techniciens Agents de Maîtrise) :

 

 

Province

Ile de France

Coefficient

Salaire Brut

Écart par rapport à aujourd’hui

Salaire Brut

Écart par rapport à aujourd’hui

125

1408,11

+9,78€

1642,79

+11,43€

180

2027,68

+14,09€

2365,61

+16,45€

 

Pour les cadres, la totalité de l’enveloppe consacrée à l’augmentation individuelle est de 2,2 %

 

Force Ouvrière réaffirme que la Négociation Annuelle Obligatoire est LA négociation, au calendrier établi à l’avance, où le salaire de base doit être défendu et les organisations apportent les revendications des salariés.

Notre syndicat n’est pas là pour réclamer, il revendique.

Le salaire doit être à la hauteur et le reflet de l’engagement quotidien du salarié pour réaliser son contrat de travail et pour lui permettre de vivre décemment. Face à l'incertitude des prévisions d'évolution du coût de la vie pour l'année 2010, nous redemandons comme en 2009 une "clause de rendez-vous" en fin d'année pour réagir en cas de dérapage de l'inflation et qui signifierait une perte de pouvoir d'achat pour tous les salariés. L’employeur voudrait brouiller les cartes en annonçant par anticipation l’enveloppe Intéressement/Participation 2009 qui serait « de bon niveau ». Cette enveloppe n’est que le juste retour des performances de l’entreprise et des efforts des salariés pour atteindre les objectifs ambitieux fixés par l’employeur.

Coca-Cola doit garantir le pouvoir d’achat des hommes et des femmes. Tous, méritent.

L’employeur ne craint pas de faire des jaloux par ses bons résultats, mais par contre ne veut pas jouer le trublion dans sa branche en donnant plus que ne donneraient les autres entreprises du secteur. Donner une bonne augmentation à tous, c’est dans l’intérêt de l’entreprise et de la relance de la consommation.

Les salariés, sont-ils responsables de la crise ? Pour Force Ouvrière certainement pas !

 

Un Message remonté par tous les Syndicats

Nous avons tous interpellé la direction sur le mal être que vivent de plus en plus de salariés. Pourtant selon une enquête Internet récente, tout va bien dans le meilleur des mondes.

Ce n’est pas la même réalité que nous remontent nos collègues. S’agit-il d’une crise de confiance ou d’un ras-le-bol ?

 

Des Précisions

Chèques Vacances :

L’employeur ne change pas le plafond fiscal ouvrant le droit aux chèques, mais propose un abondement variable en fonction de la rémunération mensuelle moyenne brute sur les 3 mois précédents la demande.

 

Pour FO, cette mesure n’ouvre pas le bénéfice des chèques vacances à plus de salariés contrairement à ce que laissent penser les modifications législatives.

 

Cadeaux d’ancienneté

L’employeur nous présente une « grille de cadeaux d’ancienneté », dont il relève le montant brut afin que sur la fiche de paie (à partir de 2010, c’est un avantage en nature qui y figurera) le salarié n’ait pas de diminution sur la valeur nette.

 

 

5 ans

10 ans

15 ans

20 ans

25 ans

30 ans

35 ans

40 ans

45 ans

Valeur nvlle

200

240

267

353

867

1000

1300

1600

2000

 

Pour FO, c’est le choix de l’employeur de donner ce type de gratification, mais s’il veut le faire, autant qu’il y ait une réelle progressivité entre chaque niveau (actuellement il propose : entre 5 et 10 ans 40€ d’écart ; entre 40 et 45 ans : 400€)

 

Des Interrogations

Vos négociateurs Force Ouvrière ont interpelé la direction en lui demandant notamment :

Va-t-il y avoir des hausses de cotisation concernant la mutuelle puisque l’Etat continue son désengagement des dépenses de santé ?

Les effectifs vont-ils être constants sur 2010 ?

Comment se repartira l’enveloppe AI pour les OETAM (Ouvriers, Employés, Techniciens, Agents de maîtrise) entre « le mérite », les promotions, le middle point et la certification ?

 

Des Attentes

Loin de lâcher ses revendications, Force Ouvrière a demandé au-delà d’une augmentation générale plus importante, que l’employeur revoit sa position :

Concernant la revalorisation des différentes primes et forfaits. Ce qui est pris n’est plus à prendre, c’est aujourd’hui que nous avons des besoins pas dans hypothétique demain.

Sur les mesures déjà appliquées ailleurs dans le groupe.

Nous demandons la mise en place de modalités tendant à supprimer le dernier jour de carence (journée pendant laquelle le salarié en maladie n’est pas indemnisé) sachant que le taux d’absentéisme est à la baisse (2006 : 6.18% ; 2009 : 4.45%), ainsi que les modalités pour cumuler les jours enfants malades.

Sur les différences entre les cadres et les non-cadres.

En effet, devant reposer sur des raisons objectives, nous demandons la suppression de la distinction pour l’indemnité de licenciement, en l’alignant sur les modalités des cadres.

 

Pour Force Ouvrière, notre raison d'être est la défense des intérêts des salariés par la négociation et l'information des salariés.

Force Ouvrière signe des accords seulement s'ils apportent des garanties, des améliorations ou de nouveaux avantages, pour les salariés. Tous les avantages accumulés obtenus permettent de garantir le devenir des salariés dans l'entreprise et leur niveau de rémunération pour faire vivre leur famille.

 

La prochaine réunion est prévue pour le 7 décembre

votre délégation Force Ouvrière

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article