Publié par Cyril

Rarement des arguments pour justifier des licenciements économiques avaient été aussi fantaisistes…. Il faut dire que la
tâche n’était pas aisée pour notre Direction : trouver un motif économique dans un contexte aussi florissant suppose
une bonne dose d’imagination et de créativité….


En 2016, le chiffres d'affaires de Coca-Cola European Partners France atteint 2,2 milliards d'euros, en légère hausse par
rapport à 2015 : record historique ! Et pour 2017, le budget communiqué par la Direction table même sur une nouvelle
hausse de +4% !


Ces bonnes performances commerciales sont confirmées par l'évolution de notre part de marché qui est passée de 43,5% en 2007 à 46,6% en 2017 pour l'ensemble des Soft drinks dans la grande distribution ce qui rend Coca-Cola très largement leader du secteur en France, loin devant le n°2 Orangina-Schweppes dont la part de marché est de seulement 14,8% (Soft drinks dans la grande distribution). !


Et les Colas ne sont pas en reste puisque la domination de Coca-Cola European Partners France y est encore plus importante avec une part de marché qui dépasse 81% en 2017 (contre 73% en 2007) alors que celle du n°2 Pepsico plafonne vers 4% (dans la grande distribution).


Résultat de ces bonnes performances commerciales : Le bénéfice net atteint 67 millions d'euros en 2016, c’est à dire +35% par rapport à 2015 et le budget 2017 communiqué par la Direction table sur une nouvelle augmentation de +30% ! Pour 2016, le bénéfice net réalisé par chaque salarié atteint donc 29 000 euros !


Autre preuve de notre excellente santé :

29 millions d'euros de dividendes versés aux actionnaires en 2015, puis 49 millions d'euros en 2016 et encore 49 millions d'euros en 2017 !!!


Dans ces conditions, les discours de nos dirigeants qui cherchent à convaincre les salariés que ce projet de restructuration se justifierait par des difficultés économiques ou des problèmes de compétitivité est inentendable et rend ce projet socialement inacceptable.


Leur seul objectif est purement financier, ils veulent augmenter encore les bénéfices pour distribuer toujours plus de dividendes et ce au détriment de nos emplois.


C'est scandaleux et nous n’accepterons aucun nouveau licenciement dans un tel contexte économique.


Poursuivons la lutte ensemble pour défendre l’intérêt des salariés en faisant échec à ce plan de destruction d’emplois.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article