Publié par Force Ouvrière Coca-Cola

Le salaire moyen des femmes cadres est de 47,5 k€, contre 57,3 k€ pour les hommes cadres. Même si cette différence peut s’expliquer en partie par des effets de structure, il n’en reste pas moins que - toutes choses égales par ailleurs – les femmes sont moins bien rémunérées que les hommes.

Les femmes cadres n’occupent pas les mêmes emplois et ne travaillent pas dans les mêmes entreprises que leurs homologues masculins. Il en est de même au niveau des responsabilités : les femmes cadres sont nettement moins nombreuses que les hommes à encadrer une équipe et à gérer un budget. Bien qu’elles soient plus diplômées, elles sont aussi moins souvent issues des filières de formation les plus rémunératrices : 16 % des femmes sont ingénieures contre 30 % des hommes.

Les femmes exercent davantage dans les fonctions supports de l’entreprise (gestion, RH, communication…), alors que les hommes occupent plus fréquemment des postes dans les fonctions techniques. Le temps partiel est également plus répandu chez les femmes. Ces différences expliquent donc une partie des écarts de salaire.

Cependant, lorsqu’on compare les salaires des hommes et des femmes ayant les mêmes caractéristiques, il reste des écarts moins facilement explicables. On constate ainsi un différentiel de 10 % entre la rémunération médiane des hommes et des femmes, pour des cadres de 35 à 44 ans, ayant la responsabilité hiérarchique d’une équipe de moins de 10 personnes et gérant un budget. Et plus le niveau de responsabilité augmente, plus les écarts s’accroissent.

L’écart entre les salaires médians des hommes et des femmes est tout de même en train de se réduire du fait de la féminisation de l’emploi cadre et sous l’effet des dispositifs réglementaires sur l’égalité professionnelle. Ainsi, de 17,1 % en 2008, l’écart est passé à 16,3 % en 2011 ; l’écart entre les salaires moyens est passé de 22 % à 20,6 %.

Du chemin reste tout de même à parcourir avant d’accéder à une réelle égalité professionnelle entre hommes et femmes. Notamment, les temps de parentalité doivent être mieux pris en compte afin qu’ils ne deviennent pas une entrave à une bonne progression de carrière.

Source : Apec 2013

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article